À propos de nous
 

Qui nous sommes et notre histoire

Qui nous sommes

L'Institut canadien des actuaires (ICA) est l'organisme national de la profession actuarielle au Canada. Dirigé par ses membres, l'Institut est voué au service de la population en veillant à ce que les services et les conseils actuariels fournis par la profession soient de la plus haute qualité. En fait, l'Institut fait passer l'intérêt du public avant les besoins de la profession et de ses membres.

Le 18 mars 2015, l'ICA a célébré son 50e anniversaire. L’année commémorative, qui se déroule sous le thème :

Actuaires : Les professionnels de l’avenir

a comporté une foule d’événements qui ont célébré ce jalon important. Des bénévoles et des membres du personnel du siège social ont travaillé de concert à la mise sur pied d’initiatives de grande visibilité impliquant des politiciens ainsi que d’autres figures importantes.

Le siège social de l'ICA, situé à Ottawa, est composé de 25 personnes dévouées. Le siège social est responsable des publications, des communications, des services aux membres, de la traduction, du soutien aux bénévoles, de la maintenance du site Web et du perfectionnement professionnel.

L'ICA compte un Conseil d'administration qui comprend 16 actuaires, quatre directions qui se concentrent principalement sur les besoins essentiels de la profession, ainsi que 44 commissions et 10 groupes de travail, qui consacrent leurs efforts aux questions liées au plan stratégique de l'ICA.

L'ICA :

  • Favorise l'avancement de la science actuarielle par la recherche;
  • Assure la prestation de programmes de formation et de qualification des membres actuels et éventuels;
  • S'assure que les services actuariels fournis par ses membres respectent des normes professionnelles de la plus haute qualité;
  • S'autoréglemente et veille à l'application d'un code de déontologie;
  • Défend les intérêts de la profession auprès des gouvernements et du public en ce qui a trait à l'élaboration de ses politiques publiques.

Historique

Morris W. Chambers
FICA, FSA, MAAA, Hon. FIA, Hon. FASI

L'Institut canadien des actuaires (ICA), l'association nationale représentant les professionnels de l'actuariat au Canada, a été fondé le 18 mars 1965 en vertu d'une Loi du Parlement canadien. Depuis sa fondation, l'Institut canadien des actuaires ne cesse de prendre de l'expansion et réunit aujourd'hui environ 3 900 Fellows.

Au Canada, les origines de la pensée et de la pratique actuarielles remontent à bien longtemps. En fait, les débuts de la profession actuarielle au Canada remontent sans doute à 1847. C'est en effet cette année-là que Hugh Baker, qui est devenu Fellow de l'Institute of Actuaries en 1852, a fondé la Canada Life Insurance Company à Hamilton, en Ontario. Le Département des assurances du gouvernement fédéral a vu le jour en 1875 et a embauché peu après plusieurs actuaires. Le premier organisme actuariel en Amérique du Nord a été l'Actuarial Society of America, fondée en 1889 à New York. Celui-ci comptait d'ailleurs quatre Canadiens parmi ses 38 membres agréés.

La première association d'actuaires au Canada, le Club des actuaires, a été créée en 1907 et comprenait 24 membres fondateurs, tous des actuaires vivant et travaillant à Toronto. L'Association canadienne des actuaires, fondée le 8 octobre 1946, regroupait tous les membres des clubs d'actuaires de Toronto et de Winnipeg, ainsi qu'un groupe d'actuaires de Montréal, qui allaient justement, à partir de 1965, former le noyau de l'ICA.

La loi fédérale en vertu de laquelle l'ICA a été constitué en société stipule que :

« L'Institut a pour objet :

  • de faire avancer et progresser la science actuarielle;
  • de favoriser l'application de la science actuarielle à l'activité humaine;
  • d'établir, de favoriser et de maintenir un niveau élevé de compétence et d'éthique dans la profession actuarielle. »

À la suite d'un certain nombre de concours, l'Institut a adopté la devise Nobis Cura Futuri, qui signifie L'avenir nous tient à cœur.

Au bout de quelques années, on a reconnu la nécessité que l'ICA devienne vraiment bilingue dans le but de se conformer à la politique sur les langues officielles du Canada, d'améliorer les services offerts à ses membres et de consolider la profession actuarielle au pays. En 1977, le Conseil de l'ICA a adopté une politique officielle en matière de bilinguisme qui exige que toutes les publications de l'Institut soient publiées dans les deux langues et qu'un service d'interprétation simultanée soit offert à toutes les assemblées générales.

La reconnaissance juridique de la désignation Fellow de l'Institut canadien des actuaires (FICA) a été rapide. Aucune province n'a jugé bon d'autoriser les actuaires à exercer, mais elles ont toutes fait grand usage de la désignation FICA (FCIA en anglais). En vertu des règlements d'application des législations sur les régimes de retraite de l'Ontario et du Québec, les régimes de retraite non assurés doivent faire l'objet d'une évaluation par un FICA au moins une fois tous les trois ans et un certificat actuariel doit être déposé. D'autres provinces ont suivi cet exemple quelques années plus tard. Plusieurs mesures législatives régissant les régimes de retraite du secteur public exigent aussi un certificat actuariel signé par un FICA.

Même avant 1965, les rapports des sociétés d'assurance-vie qui souscrivaient des polices d'assurance de personnes au Canada devaient être signés par un actuaire qui était Fellow d'un organisme actuariel reconnu. Depuis la création de l'ICA, la plupart des provinces canadiennes exigent désormais que l'actuaire soit un FICA. En 1992, cette exigence fut imposée tant aux sociétés d'assurances incendie, accidents et risques divers (IARD) à charte fédérale qu'aux sociétés d'assurances IARD à charte provinciale du Québec et de l'Ontario. En prévision de telles mesures à l'égard des sociétés d'assurances IARD, l'ICA a lancé vers la fin des années 1980 un programme spécial visant à accroître le nombre de praticiens qualifiés dans le domaine des assurances IARD.

Le système d'examens a évolué pour répondre aux besoins de l'Institut et pour tenir compte de l'évolution de la société. Les premiers examens sont parrainés conjointement par l'Institut canadien des actuaires, la Society of Actuaries et la Casualty Actuarial Society. Les examens subséquents de la Society of Actuaries sont également parrainés conjointement par l'ICA.

Au cours des années 1990, le programme d'examens de la Society of Actuaries a été modifié pour offrir un volet canadien et un volet américain dans le cadre de certains des derniers examens portant sur des sujets comme la fiscalité, le droit et la sécurité sociale. Seul un actuaire ayant réussi le volet canadien pouvait être admis à titre de Fellow de l'Institut canadien des actuaires. En plus des volets canadiens et américains, un étudiant de la Society of Actuaries pouvait choisir de se concentrer sur l'assurance collective, l'assurance-vie individuelle et les rentes, les régimes de retraite ou les finances et les placements. En tant que coparrain du programme d'examens, l'ICA a son mot à dire sur le contenu des examens et les méthodes, particulièrement en ce qui a trait au volet canadien. Les candidats peuvent se présenter aux examens dans diverses villes du Canada, et ceux-ci sont pour la plupart bilingues.

En 2000, les examens de la Society of Actuaries furent modifiés, notamment pour que le contenu des derniers examens soit moins axé sur les spécificités de la pratique dans un pays donné. Conséquemment, pour faire la preuve qu'ils ont acquis les connaissances requises par rapport aux spécificités de la pratique canadienne, on exige désormais des candidats au titre de FICA inscrits aux examens de la Society of Actuaries qu'ils suivent aussi le Cours orienté vers la pratique (COP) de l'ICA. Ce cours se divise en quatre modules : assurance, prestations collectives, régimes de retraite et finance/placements. Chacun de ces modules se termine par un examen écrit.

La Casualty Actuarial Society, spécialisée dans le domaine des assurances IARD, envisage l'adoption de politiques semblables. Dans le cas des derniers examens, la Casualty Actuarial Society administre des examens distincts, qui sont parrainés conjointement avec l'Institut canadien des actuaires et qui comportent un volet canadien.

Pour être admis à titre de FICA, les actuaires du Royaume-Uni et d'autres pays doivent également réussir le Cours orienté vers la pratique de l'ICA pour faire la preuve qu'ils ont acquis les connaissances nécessaires par rapport aux spécificités de la pratique canadienne.

L'ICA et ses membres sont actifs sur la scène actuarielle internationale. L'ICA a d'ailleurs joué un rôle important dans la restructuration de l'Association Actuarielle Internationale (AAI) et s'enorgueillit du fait qu'il en est un des membres fondateurs. En fait, pendant de nombreuses années, le Secrétariat de l'AAI partageait ses locaux avec ceux du siège social de l'ICA, à Ottawa.

Loi constituant en corporation L'Institut Canadien des Actuaires

Anciens présidents

1965
1965–1966
1966–1967
1967–1968
1968–1969
1969–1970
1970–1971
1971–1972
1972–1973
1973–1974
1974–1975
1975–1976
1976–1977
1977–1978
1978–1979
1979–1980
1980–1981
1981–1982
1982–1983
1983–1984
1984–1985
1985–1986
1986–1987
1987–1988
1988–1989
1989–1990

 
C. A. Naylor
R. Humphrys
E. S. Jackson
A. R. McCracken
C. E. Jack
L. E. Coward
J. C. Davidson
L. J. Mondoux
J. C. Maynard
R. C. Dowsett
C. G. White
R. B. Leckie
M. D. R. Brown
W. J. D. Lewis
T. R. Suttie
J. T. Birkenshaw
C. T. P. Galloway
L. B. Fewster
Y. G. Guérard
C. D. Chapman
C. S. Moore
M. Rosenfelder
K. T. Clark
J. D. Crawford
J. Cloutier
P. C. Hirst

1990–1991
1991–1992
1992–1993
1993–1994
1994–1995
1995–1996
1996–1997
1997–1998
1998–1999
1999–2000
2000–2001
2001–2002
2002–2003
2003–2004
2004–2005
2005–2006
2006–2007
2007–2008
2008–2009
2009–2010
2010–2011
2011–2012
2012–2013
2013–2014
2014–2015
2015–2016
R. L. Brown
W. P. McCrossan
M. W. Chambers
J. A. Brierley
K. K. von Schilling
M. Fernet
N. S. Henderson
H. H. Panjer
P. F. Morse
S. F. Wason
D. J. Oakden
J.-L. Massé
A. D. Pelletier
M. Lombardi
B. A. P. FitzGerald
C. C. McLeod
N. Gendron
J. H. Murta
M. A. Hale
R. C. W. Howard
M. Dionne
J. K. Christie
S. R. Curtis
J. Lafrance
J. Tremblay
R. Stapleford