À propos de nous
 

L’assurance‑vie

Un grand nombre de membres de l’ICA (environ 40 %) sont des employés de sociétés d’assurance‑vie ou jouent un rôle au sein du secteur de l’assurance‑vie, notamment à titre d’expert‑conseil. Appliqué à un domaine de pratique, le terme « assurance‑vie » a une bien plus vaste portée; il comprend les rentes, les produits d’épargne‑retraite, l’assurance collective de personnes, l’assurance‑invalidité et les produits de prestations du vivant. Tous ces produits émanent de sociétés d’assurance‑vie. Les actuaires de sociétés de réassurance seraient également inclus dans ce domaine de pratique.

Les actuaires peuvent jouer un certain nombre de rôles différents dans le cadre des activités d’une société d’assurance‑vie, sans toutefois s’y limiter :

  • La tarification et la conception de produits : Un rôle clé en actuariat consiste à déterminer la rentabilité de tous les produits proposés par la société d’assurance, y compris le calcul des taux de primes, l’élaboration de modèles actuariels pour mesurer la rentabilité, l’exécution d’examens d’expérience, l’établissement d’hypothèses clés en matière de tarification comme la mortalité et une étroite collaboration avec le service d’élaboration de produits. Les actuaires spécialisés en tarification communiquent également avec d’autres secteurs de l’entreprise, notamment la souscription, l’établissement de contrats, l’administration des polices et la distribution.
  • L’évaluation et les rapports financiers : Les actuaires sont chargés de déterminer le passif associé à chaque police émise par l’assureur, également désigné « réserves ». Cette fonction exige que l’actuaire établisse des hypothèses d’évaluation appropriées, élabore et tienne à jour des modèles d’évaluation, et veille à la mise en place de contrôles pertinents. Étant donné que le passif des contrats d’assurance représente un élément très en vue dans les états financiers d’une société, les actuaires participent de très près à la fonction des rapports financiers. Ils peuvent également jouer un rôle dans la gestion de l’excédent, dans les rapports sur le capital requis, dans la gestion du risque et dans la gestion de l’actif‑passif.